Build le mardi 02/05/2017 15h11 - prod-restit-03 - html version 6.4.4 du 21/04/2017 14:12 - theme : | portlet : SP8 | layout : ! | sitehooks : SP8
 
Une femme accompagnée de son mari, observe le véhicule dans le but de bien choisir sa voiture chez un concessionaire
 

Électrique ou essence : choisir sa voiture selon l’usage

C’est principalement l’usage que vous ferez de votre voiture qui guidera le choix. Un véhicule électrique pour les courts trajets, l’hybride pour l’agglomération...

 
Électrique, hybride, GPL, essence, diesel... les technologies disponibles sur le marché automobile ne répondent pas toutes aux mêmes exigences. À chaque usage, sa motorisation.

Courts trajets : l’électrique a le vent en poupe

Inodore et silencieux, le véhicule électrique était la voiture star du dernier Salon de l’Automobile 2016. Les derniers modèles ont doublé leur capacité d’autonomie à 400 km mais n’oublions pas que la majorité des conducteurs français parcourt moins de 50 km par jour... (selon une enquête Ipsos)
Le temps de recharge est de 6 à 8 heures à domicile ou seulement 30 minutes pour 80 % d’autonomie retrouvée sur une borne de recharge rapide (en ville, dans des parkings publics ou chez les concessionnaires). Le tout pour moins de 2 €.
Le coût à l’achat reste élevé, à partir de 25 000 € en moyenne, mais on peut bénéficier d’un bonus écologique pouvant atteindre 10 000 €. Les plus sceptiques face à cette technologie peuvent toujours tester une voiture électrique avec la location longue durée, à partir de 119 €/mois pendant 37 mois.

Agglomération : l’hybride consomme moins

La technologie hybride est composée d’un moteur électrique accouplé à un moteur thermique, le plus souvent essence. Il faut distinguer les plug-in hybrides qui peuvent effectuer plusieurs dizaines de kilomètres en mode 100 % électrique, mais qui doivent êtres rechargés, des hybrides classiques dont la batterie est rechargée automatiquement via le moteur thermique et par un dispositif de récupération d’énergie lié au freinage.
En ville, la fonction tout électrique permet de limiter considérablement consommation et pollution. Le coût à l'achat varie tout de même de 25 000 € à 100 000 €. Comme il n’y a ni embrayage ni courroie d’accessoire notamment, les frais d’entretien sont réduits au minimum.

Sur route exclusivement : le GPL a ses atouts

Les atouts du GPL sont nombreux : moins coûteux à la pompe (0,7 €), ce mélange de propane et de butane produit très peu de particules fines. Tous les véhicules GPL sont bi-carburants : il est possible de rouler avec de l’essence en l’absence de bornes GPL dans les stations-services. 
Un GPL d’occasion est vendu aux mêmes tarifs qu’un véhicule essence. Comme lui, il se révèle avantageux pour les rouleurs qui parcourent moins de 20 000 km/an. En revanche, il développe moins de puissance et consomme plus en ville ou sur des voies embouteillées.

En ville et sur route : l’essence est plus avantageux

Boosté par le downsizing (réduction de la consommation de carburant tout en conservant la puissance via des moteurs plus petits et turbocompressés), le véhicule à essence reste celui des conducteurs parcourant moins de 20 000 km/an. Moins cher à l’achat, à entretenir et à assurer qu’un diesel, son coût plus élevé à la pompe est ainsi compensé.
Les voitures essence équipées de la technologie FlexFuel (pour se ravitailler indifféremment avec du super sans plomb ou du biocarburant) permettent d’utiliser du E85, un biocarburant qui se compose de 85 % de bioéthanol, un alcool distillé à partir de matières végétales, et de 15 % d’essence. Une technologie qui rend ces voitures plus écologiques. En revanche, l’E85 entraîne une surconsommation de carburant de 20 %.  
Quant à son prix au litre, il est très intéressant, environ 80 centimes, mais l’approvisionnement est un souci car seulement un peu plus de 700 stations-services en distribuent (sur quelque 11 000 en France). 

Au-dessus de 20 000 km : le diesel est-il encore intéressant ? 

Plus cher à l’achat et à l’entretien, le véhicule diesel est rentable à partir de 20 000 km/an, or en moyenne les conducteurs de diesel parcourent seulement 18 555 km, selon une étude de L’Argus.fr. 
Sans compter que cette technologie est de plus en plus pointée du doigt : émission de particules cancérigènes, interdiction dans certains centres villes des vieux diesel, coût d’entretien élevé à cause des technologies complexes de dépollution embarquées comme le filtre à particules, le système de recyclage des gaz d'échappement EGR… 
 

Conseil de l'assureur

L'assureur vous conseille de tester la voiture d'occasion avant l'acte d'achat, afin d'éviter les mauvaises surprises
 
Si vous hésitez entre deux modèles, faites faire un devis d’assurance auto à votre agent général Gan Assurances. L’année et la version du modèle vous permettront de connaître exactement le montant de la cotisation à prévoir. 
 

Cet article vous a plu ?

Notez cet article

Partagez-le sur

 

Nos autres articles

  • En evitant une arnaque lors de l'achat de sa voiture la femme est ravie d'avoir récuperé une voiture aux normes

    Achat d’occasion : comment éviter les arnaques ?

    Vous achetez un véhicule d’occasion ? Méfiez-vous des arnaques les plus courantes : prix trop alléchant, absence de factures, faible kilométrage...

  • Sans vice caché concernant la voiture qu'il examine, le garagiste esquisse un sourire car la voiture est bien en règle

    Achat de véhicule : quels recours contre un vice caché ?

    Si vous découvrez un vice caché, c'est-à-dire antérieur à l’achat du véhicule, grave et non apparent, vous pouvez faire intervenir un expert automobile.

  • Un homme a acheté une voiture d'occasion, il recoit les clés au volant de son véhicule après l'avoir testé

    Voiture d’occasion : ce qu’il faut contrôler avant l’achat

    Acheter une voiture d’occasion nécessite de contrôler minutieusement carrosserie, pneumatiques, moteur... Voici dix points indispensables à vérifier.

« 1 »